REDONNONS À CHACUN LE GOUT DE LA VIE

21/08/2021 | Communautés

Redonnons à chacun le goût de la vie... 

Cadre du projet 


Gabriela a commencé à s'impliquer dans le quartier "El Campanario", qui appartient à la communauté de la chapelle "Virgen de Itatí" de la paroisse de "San Francisco de Asis". C'est ainsi qu'elle a rencontré Blanca qui lui a fait part de la réalité des adolescentes enceintes ou qui ont des bébés ; et c'est ainsi qu'est né le rêve d'accompagner cette réalité, de faire connaître les besoins de ces jeunes femmes, et que des personnes ont commencé à se mobiliser pour aider et suivre les mères.


Lors de la première réunion dans notre maison à "Guadalupe", un WhatsApp a été mis en place avec nous tous et les jeunes femmes qui étaient enceintes et certaines déjà avec leurs bébés.  Et c'est donc le samedi après-midi que Blanca, Lorena, Gabriela et moi les avons rencontrées, elles et leurs enfants. Elles ont partagé la difficulté de l'école dans ce contexte de pandémie et certaines des tâches qu'elles devaient accomplir.


Gabi a motivé ses élèves de l'école Euskal Echea et elles sont venues les aider, partageant ce qu'elles savent, ainsi qu'une professeure de mathématiques. Celeste, Valentina, Agustina, Martina et Juana ont pris la responsabilité de les accompagner dans leurs études le samedi.


Ce projet vient de démarrer et nous espérons qu'il continuera à se développer. Il y a 7 mères entre 14 et 17 ans, et 5 de 18 ans et plus. Elles sont très contentes de l'espace, du soutien, de l'aide matérielle et scolaire. Elles sont très reconnaissantes pour tout ce qu'elles ont reçu.


Témoignage


Je m'appelle Lorena Ortiz, j'ai 49 ans, et je suis arrivée à un tournant de ma vie où j'ai ressenti le besoin de pouvoir redonner quelque chose à la communauté.

C'est ainsi que je suis arrivée à ce projet de solidarité, avec l'aide d'une femme incroyable, Gabriela, qui m'a parlé de l'idée qu'elle avait en tête, du magnifique travail réalisé par le père Cestac ; il n'a pas été nécessaire qu'elle m'invite car, rien qu'en voyant son enthousiasme, je ne pouvais que me joindre à ce projet où nous essayons de mettre la première personne au premier plan.


Il s'agit d'adolescentes, qui viennent de quartiers pauvres et marginalisés. Elles ont été victimes de diverses formes d'abus et ont choisi le chemin de la vie en décidant de garder et d'élever leurs bébés. Inexpérimentées et craintives, comme toutes les nouvelles mères, mais déterminées à ne pas laisser l'adversité se mettre en travers de cet énorme défi qui consiste non seulement à donner la vie mais, au-delà, à être responsable de la vie de quelqu'un d'autre.


Mon défi est d'être à la hauteur et d'aider à partir de nombreux points qui sont aujourd'hui pour elles, étant donné la situation, leur âge et leurs expériences de vie, une limite. Petit à petit, j'ai découvert chez ces petites femmes comment elles se laissent aller à partager leur temps et leurs expériences. Je les aborde toujours comme si elles étaient mes filles et je pense à ce que je dirais à ma fille sur cette question ou ce problème qu'elles me posent.


J'ai le sentiment qu'aujourd'hui, le chemin est encore long, mais mon désir d'être là pour elles vient du plus profond de mon être. Pas seulement par le biais de l'aide sociale ou de quelques biens matériels que nous pouvons obtenir et distribuer, mais en étant là, en mettant de la lumière là où, aujourd'hui, il y a de l'obscurité. Être là quand elles ne savent pas vers qui se tourner ou quand elles ont un doute sur quelque chose concernant leur bébé. Être là pour les encourager et leur dire que, quelle que soit la situation à vivre, il existe une autre réalité si l'on ose la voir, qu'il y a toujours de l'espoir, qu'il y a toujours la possibilité de s'améliorer, de grandir et, pourquoi pas, de rêver à un avenir pas si lointain et plus doux pour elles.


C'est un groupe où nous nous réunissons en tant que femmes, pour prendre soin les unes des autres. De plus en plus de personnes se joignent à nous pour offrir ce qu'elles ont à donner, du temps, quelque chose de riche à partager, de la sagesse à transmettre, des choses qu'elles ont collectées. Avec un œil sur ce groupe de mères qui n'ont pas eu une vie facile, mais aussi sur ces bébés qui ont besoin de tous les soins que nous pouvons leur donner.


Je me familiarise aussi peu à peu avec ce lien car, logiquement, je ne les connais pas d'avant et je pars aussi avec une certaine crainte et j'essaie d'éliminer de mon regard le préjugé permanent auquel nous sommes soumis depuis des temps immémoriaux. Je vais à leur rencontre en sachant qu'en donnant beaucoup de moi-même, je recevrai aussi beaucoup de leur part. Il est impossible que quelque chose de bon et de grand n'en ressorte pas, et c'est aussi une façon de rendre au monde le peu ou le beaucoup que j'ai reçu et de le multiplier.



Les articles de la même catégorie

+
KUZHIVILAI : NOTRE MISSION ET NOTRE SERVICE

En faisant confiance à la providence de Dieu, nous allons de l'avant pour remplir notre mission et servir notre peuple... Comme je vis dans la communauté des Servantes de Marie à Kuzhivilai, j'ai...

5 juillet 2021
+
MÈRE MARIE-FRANÇOISE DE PAULE

Gracieuse Bodin : Mère Marie-Françoise De Paule... Le 17 avril, nous faisons mémoire de Gracieuse Bodin, la première collaboratrice de l’Abbé Cestac. Elle naît le 30 décembre 1816, à Saint J...

16 avril 2021